Attention, mois de Novembre riche en évènements Pupal!

Les deux premiers sont annoncés à la suite l'un de l'autre. À consulter sans modération.


La prochaine séance PUPAL aura lieu le mardi 7 novembre, à 20 h, à lEspace culturel des Bordes sur Arize avec Emmanuel Jardin.

« Alexis de Tocqueville, la démocratie comme idée de l’Humanité ».
Alexis de Tocqueville (1805-1859) est sans doute le philosophe qui a su le plus tôt et le plus précocement comprendre le sens de la révolution démocratique dont la révolution française n’a pas été, comme il le montre, le point de départ mais le point de basculement. Et cette lucidité est d’autant plus fascinante qu’Alexis de Tocqueville se définissait lui-même comme  «aristocrate de cœur mais démocrate de raison ».  Et ce qu’il nous donne à comprendre c’est que  la démocratie n'est pas d'abord, ni même essentiellement, une forme de gouvernement mais une forme sociale que l'on peut interpréter comme une révolution anthropologique, une nouvelle idée de l’Humanité, dont je m'attacherai à montrer les différents aspects. Pour ce faire, j'expliquerai comment la démocratie, comprise comme processus multiséculaire encore en cours, est bien une révolution, c'est-à-dire un renversement complet d'un ordre donné, l'ordre aristocratique, qu'il faut lui aussi comprendre  comme une forme sociale. Au sens de Weber, aristocratie et démocratie, doivent être comprises comme des idéaux-types. C'est donc à l'analyse comparée de ces idéaux-types que je propose de m’attacher lors de cette conférence afin de mettre en évidence à quel point, pour le meilleur et pour le pire, nous sommes tous et toutes des homo-démocraticus. Mais avant de rentrer dans l’analyse comparée de ces deux formes d’humanité, l’aristocratie et la démocratie, je vous présenterai un peu cet étonnant personnage que fut Alexis de Tocqueville.

L’intervenant : Emmanuel Jardin est professeur de philosophie au Lycée Pyrène à Pamiers. Il intervient aussi à l'ESPE (l'école supérieure du professorat et de l'éducation) où il enseigne la didactique de la philosophie aux futurs et aux néo-professeurs de philosophie. Fondateur et/ou animateur de diverses associations philosophiques : Café philosophique du musée Mémorial de Caen ; Association L’atelier de philosophie à Hérouville Saint-Clair (Calvados) ; Société Normande de philosophie ; Café philosophique thématique du Vélocipède (Caen) ; Café philosophique du petit grain à Pamiers ; REV (Réflexions, échanges à  Verniolle. Petite Université populaire)

À l’issue de cette séance, comme chaque fois, nous partagerons ce que chacun(e) aura 
amené à manger et/ou à boire. 
Merci de bien vouloir diffuser l'information autour de vous et dans vos médias et réseaux 
divers. En fichier joint, l’affichette annonçant cette conférence.
Celles et ceux qui le souhaitent pourront renouveler leur cotisation annuelle 
(ou adhérer pour la première fois) : 10 €, adhésion non obligatoire. 
Visitez aussi notre  page Facebook : Pupal Arize Lèze.
                        
 
_________________________________________________________________________________________ 

                                                     Ciné-Rencontre
                    Samedi 18 Novembre, à partir de 14h, à la Salle Multimédia du Fossat 
                              avec Abbas Fadhel, réalisateur franco-irakien de
« Homeland, Irak Année Zéro ».
Cette rencontre est organisée avec le soutien du Mois du Film Documentaire.
Ce film nous immerge pendant deux ans dans le quotidien de la famille du cinéaste peu avant la chute de Saddam Hussein, puis au lendemain de l’invasion américaine de 2003. A la suite de chaque film, nous pourrons dialoguer et échanger avec Abbas Fadhel.


À 14h00 - Homeland, Irak Année Zéro, partie 1, Avant la chute : 2015  – 2h40 - VO
La première partie décrit les instants de vie d’une famille qui se prépare à la guerre. Elle va être terrible, mais il y a quand même l’espoir de voir une démocratie s’installer après la chute de la dictature. Que peut-il leur arriver de pire ?
« La première partie du film est exclusivement tournée en intérieur, avec ma famille. Les Irakiens vivent sous la dictature de Saddam, l’une des plus terribles au monde. Un régime très policier, très paranoïaque. La moindre critique contre le régime menait à une exécution ». Abbas Fadhel



À 20h00 – Homeland, Irak Année Zéro, partie 2, Après la bataille : 2015  – 2h54 – VO
La seconde partie, après la chute du régime, est davantage tournée en extérieur. Les langues se délient et on découvre un peuple anéanti, un pays mis à feu et à sang où dans les rues, les incidents éclatent, les bandes rivales s’affrontent... Au cours des deux parties, nous partageons les joies et les craintes de cette famille irakienne qui nous montre à quel point toutes les familles du monde ont les mêmes aspirations : travailler, éduquer leurs enfants, rire, aimer, s'impliquer dans leur société...
« ... C'est un film de deuil travaillant des blessures terribles, et une œuvre de référence pour comprendre l’histoire et le présent du Moyen-Orient. Plus qu’un film beau, c’est un film nécessaire. Il devait être réalisé, il doit être vu ».  Luciano Barisone, Festival Visions du Réel.
« Si la violence est un hors-champ qui fait ici perpétuellement pression sur le visible, il s’agit de témoigner en donnant des visages à un peuple invisible – pensons aux images médiatiques ô combien lacunaires de ce conflit. Homeland porte l’une des composantes les plus émouvantes de la démarche documentaire : filmer dans un perpétuel présent ce qui est voué à disparaître ». Arnaud Hée, critique de cinéma.
Abbas Fahdel est un réalisateur, scénariste et critique de cinéma franco-irakien, né à Hilla, Babylone, en Irak. Installé en France depuis l’âge de 18 ans, il y étudie le cinéma en suivant notamment les cours d’Éric Rohmer, Jean Rouch et Serge Daney, jusqu’à obtenir un doctorat de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Ses documentaires sont essentiellement des témoignages sur l’Irak. 2002: Retour à Babylone, documentaire ; 2004: Nous les Irakiens, documentaire, 2008: L'Aube du monde, long métrage, fiction, 2015Homeland : Irak année zéro a reçu des récompenses dans de nombreux pays du monde, Italie, Tunisie, France, Mexique, Canada, Japon…

L’entrée est libre et gratuite. Une buvette et un stand de DVD et de livres seront à votre disposition.

À 19h, un repas (13€), avec option végétarienne, réunira tous ceux qui souhaitent poursuivre les échanges dans la détente et la convivialité. Au menu : Apéritif - Lasagnes - Salade verte - Fromage – Croustade.

Sur Réservation au 06 78 97 42 68  ou 09pupal@gmail.com

Merci de bien vouloir diffuser l'information autour de vous et dans vos médias et réseaux divers. En fichier joint, l’affichette annonçant cet évènement.
Celles et ceux qui le souhaitent pourront renouveler leur cotisation annuelle (ou adhérer pour la première fois) : 10 €, adhésion non obligatoire.
Visitez aussi notre page Facebook : Pupal Arize-Lèze.





"Que faire face à un monde en multi-crises?"



La prochaine séance PUPAL aura lieu le mardi 17 Octobre, à 20 h, Salle des Fêtes d’Artigat avec François Morin.

L’histoire récente du capitalisme est marquée par trois grandes phases : une phase de libéralisation de la sphère financière, puis celle de la financiarisation des entreprises, et enfin, couplée à cette dernière, une phase de globalisation des marchés monétaires et financiers. Si bien que les firmes contemporaines subissent plus que jamais, sur le fond, la logique de leur être : valoriser la valeur-capital qui n’est autre que la valeur-actionnariale. L’activité productive s’est retrouvée de fait sous la double dépendance d’acteurs devenus extrêmement puissants avec d’une part les investisseurs institutionnels propageant partout la valeur actionnariale : et d’autre part – et surtout - l’oligopole bancaire mondial dominant la finance globalisée et soumettant de fait les Etats à ses propres intérêts.  A ces évolutions très préoccupantes s’ajoute la menace de l ‘éclatement d’une nouvelle bulle, celle des dettes publiques.
Nous sommes ainsi dans un monde en multi-crises, et un prochain effondrement financier aura des conséquences probablement gravissimes en raison de la situation financière désastreuse des Etats. Face à une nouvelle crise financière qui menace et dont toutes les conditions sont là pour qu’elle advienne, il revient de tenter de poser les jalons d’un changement concret de paradigme en formulant quelques-unes des réponses à l’immense défi auquel se trouvent actuellement confrontées nos sociétés. L’ambition est inévitablement limitée par l’ampleur même des questions posées. Trois pistes sont cependant explorées pour engager des transformations indispensables et fondamentales : la refondation du travail, la refondation de la monnaie, et enfin la refondation de la démocratie.
L’intervenant :


François MORIN est Professeur Émérite de Sciences économiques à l’Université Toulouse I Capitole. Il est membre fondateur du LEREPS (Laboratoire d'Études et de Recherches sur l'Économie, les Politiques et les Systèmes sociaux). Il a siégé au Conseil général de la banque de France pendant neuf années (1985 – 1993), et au Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministre (1997-2000). Ses ouvrages récents sont : Le nouveau mur de l’argent ; essai sur la finance globalisée (Seuil 2006) ; Un monde sans Wall Street ? (Seuil, 2011) ; La grande saignée ; contre le cataclysme financier à venir  (Lux éditeur ; 2013) ; L’hydre mondiale : l’oligopole de banques (Lux éditeur, 2015 et 2016) ; L’économie politique du XXIe siècle ; de la valeur-capital à la valeur-travail (Lux, mars 2017).

À l’issue de cette séance, comme chaque fois, nous partagerons ce que chacun(e) aura amené à manger et/ou à boire. 
Merci de bien vouloir diffuser l'information autour de vous et dans vos médias et réseaux divers. En fichier joint, l’affichette annonçant cette conférence. 
Celles et ceux qui le souhaitent pourront renouveler leur cotisation annuelle (ou adhérer pour la première fois) : 10 €, adhésion non obligatoire. Visitez aussi notre  page facebook : Pupal Arize-Lèze.